01 84 16 14 51 contact@alandia.fr

Trouver des investisseurs quand l’entreprise est en difficulté relève souvent du parcours du combattant pour l’entrepreneur. L’erreur principale du dirigeant consiste à ne pas regarder avec objectivité les difficultés et s’adresser à des investisseurs qui n’intègre pas les difficultés dans leurs critères d’investissement. L’entrepreneur perd le plus souvent de nombreux mois dans sa recherche.

En tout premier lieu, il convient de rappeler que l’entreprise avec des difficultés de trésorerie va – bien entendu – tenter de chercher à desserrer ses contraintes en travaillant les différentes sources d’amélioration du financement de l’entreprise en difficultés évoquées dans notre article « Aide entreprise en difficultés ».

Si ces leviers ne suffisent pas à traverser les difficultés ponctuelles de trésorerie, ou ne permettent pas le financement des mesures de retournement nécessaires au traitement des difficultés structurelles, la recherche d’un investisseur devient indispensable pour protéger l’entreprise et ses emplois.

 

Recherche d’investisseurs pour l’entreprise en difficulté ?

 

La recherche d’investisseurs peut prendre plusieurs formes et n’engendre pas les mêmes conséquences pour le dirigeant ou l’actionnaire.

L’industriel ou le concurrent

 

Un industriel du secteur est toujours le mieux placé pour sauver un acteur de sa filière. En effet :

  • il dispose d’une capacité naturelle managériale et industrielle à opérer un retournement pérenne si l’environnement est maîtrisé ;
  • il aura une grande facilité à établir rapidement le bon diagnostic, puis à trouver des débouchés commerciaux pour relancer l’activité.

Mais, pour intéressante qu’elle puisse être stratégiquement, une telle reprise induit certains risques pour cet industriel (qui peut être notamment un concurrent cherchant à consolider son secteur d’activité) :

  • il ne maîtrise pas les contextes juridiques complexes (redressement judiciaire, etc.) qui nécessitent des compétences particulières et une grande expérience ;
  • ce type de situations de refinancement se traitent dans l’urgence, laissant peu de temps pour envisager de façon classique et sereine une éventuelle acquisition ;
  • un éventuel échec à mener le retournement sera perçu très négativement par ses fournisseurs, ses clients ou ses banques ; L’industriel prend donc le risque de mettre en danger son activité pourtant saine au moment de la reprise de l’entreprise.
  • une telle acquisition entraîne un risque de contagion sociale : une éventuelle restructuration sociale est complexe et coûteux à mener au sein d’un groupe (supra légal, co-emploi, comité de groupe, UES, etc.) ;
  • enfin une telle reprise induit un impact financier tant que la restructuration n’est pas achevée (consolidation, normes IFRS…).

 

Il convient aussi de regarder la recherche d’investisseurs du point de vue du dirigeant ou de l’entrepreneur. Trouver un investisseur parmi ses concurrents nécessite de partager non seulement des informations confidentielles (marges, clients, etc…) mais aussi l’existence même de difficultés. Le dirigeant prend donc le risque d’accroître les difficultés de l’entreprise si ce concurrent choisissait d’informer les clients ou de copier les avantages concurrentiels de l’entreprise. Pour l’entrepreneur, cette consiste enfin à laisser le contrôle de l’entreprise. Ce point est particulièrement sensible dans les entreprises familiales.

 

Trouver un investisseur en capital-retournement ou fonds de retournement

 

Très peu d’investisseurs financiers acceptent de prendre le risque d’investir dans des entreprises en difficulté. Ces investisseurs se regroupent sous le terme de Capital Retournement. Alandia Industries est l’un de ces rares acteurs en France.

Le recours à un investisseur en retournement suppose d’avoir une vision assez réaliste de la situation et des difficultés de l’entreprise.

En fonction du diagnostic, de la nature (difficultés financières ou difficultés opérationnelles) et de l’importance des difficultés (difficultés ponctuelles ou difficultés structurelles) rencontrées, le profil du fonds de retournement sera différent.

Ainsi, la résolution de difficultés structurelles rendra nécessaire des compétences en restructuration d’entreprise pour renforcer les compétences managériales existantes. Elle rendra également sans doute nécessaire une plus importante injection de fonds frais pour financer les mesures de restructuration et donc une prise de contrôle majoritaire pour s’assurer de la bonne exécution du plan de retournement.

La résolution de difficultés ponctuelles nécessitera le plus souvent des compétences financières et une injection de fonds dans une moindre mesure. Il sera possible de négocier une prise de contrôle minoritaire.

Recherche d’investisseurs : la possibilité d’une alliance de l’industriel et du fonds de retournement

 

Comme nous l’avons vu plus haut, l’industriel peut avoir des réticences fortes à reprendre une entreprise en difficultés. Alandia industries peut aussi avoir des réticences à investir dans un secteur qu’il maîtrise mal.

Alandia Industries a donc quelque fois repris des sociétés en co-investissement, au coté d’industriels en fédérant les forces de chacun. Dans ces cas, Alandia industries apporte notamment :

  • sa connaissance des techniques de retournement et des acteurs de ce marché ;
  • sa maîtrise de la mise en œuvre des opérations de restructuration opérationnelle ou de restructuration financière.
  • sa capacité financière.

Alandia Industries a ainsi pu investir avec succès au côté de deux groupes importants : Colas et Altran.

 

Les autres articles en lien avec cet article :