01 84 16 14 51 contact@alandia.fr

CFNews se fait l’écho de la reprise par Aximum de SES dans un article publié le mercredi 20 février 2013. Le travail effectué par le fonds de capital retournement Alandia Industries y est mis en avant, en particulier le retournement opérationnel de la société en difficulté.

 

Après dix-huit mois de restructuration, le numéro trois français de la signalisation routière verticale est repris auprès du holding industriel Alandia par Colas, la filiale de construction de routes de Bouygues, laquelle détenait déjà 35 % du capital via Aximum.

 

L’histoire de Sécurité et Signalisation (SES) est celle d’un très beau retournement. Numéro trois français de la signalisation routière verticale derrière Lacroix Signalisation et Signature SA (groupe Vinci), cette PME avait, pour rappel, été reprise en juillet 2011 à la barre du tribunal de commerce de Tours par Alandia, le holding industriel dédié aux situations spéciales. A l’époque, elle était en surcapacité sur ce marché où la guerre des prix fait rage et vendait à perte. Son passif total avait alors atteint environ 50 M€. « Au cours des dix-huit derniers mois nous avons mené une restructuration en profondeur par la croissance plutôt que par les coûts, insiste Nicolas de Germay, président d’Alandia. Nous avons, en effet, aidé le groupe à gagner en productivité grâce à des investissements de près de 2 M€ destinés tant au renouvellement de l’outil industriel qu’à l’innovation. « Une stratégie qui lui a rapidement permis à réembaucher. « Nous sommes passées de 246 employés au moment de la reprise à 285 aujourd’hui et sommes, en parallèle, parvenus à restaurer la rentabilité, poursuit Nicolas de Germay.

 

Cession à 100 % au groupe Colas

 

Désormais, SES dont 65 % du capital était depuis lors entre les mains du holding industriel tandis qu’Aximum, l’acteur phare de la signalisation horizontale (marquages au sol et plots) filiale de Colas, détenait le solde, est autonome et sa capacité d’autofinancement est satisfaisante. Le travail de retournement étant terminé, Alandia a alors décidé de l’adosser à un industriel en mesure de continuer à soutenir sa croissance. Et le candidat idéal était déjà tout trouvé. « La reprise par le groupe Colas était ce qui pouvait lui arriver de mieux, d’autant que celui-ci n’était pas encore présent sur le marché de la signalisation verticale », s’enthousiasme Nicolas de Germay. Filiale à 96,5% de Bouygues, cet ensemble spécialisé dans la construction et l’entretien d’infrastructures de transport qui a dégagé 12,4 Md€ de chiffre d’affaires en 2011 pour 336 M€ de résultat net, vient, en effet, de procéder à la reprise de 100% du capital de SES et ce, par l’intermédiaire d’Aximum.

 

Accélération de l’internationalisation en vue

 

Présidé par Hervé le Bouc, ce groupe qui a généré 329 M€ de revenus dans la signalisation horizontale via Aximum en 2011, ne s’engage pas en terre inconnue. Il connait même très bien la cible puisqu’il en a été le propriétaire jusqu’en 2006, date à laquelle il l’a revendue, après deux années de pertes, à l’un des anciens cadres, Lionel Couche. Face à l’effondrement des ventes, ce dernier avait, pour mémoire, tenté un premier plan social en fermant deux usines à Chandun, dans l’Asine, et à Wattignies, dans le Nord. Affichant désormais un chiffre d’affaires de 43,6M€, contre 67 M€ en 2010, SES compte maintenant sur son nouveau propriétaire pour accélérer son internationalisation. Le marché français stagnant, le fabricant de panneaux de signalisation qui dispose toujours de deux sites de production en Touraine, entend, en effet, renforcer ses positions à l’export dans les zones telles que les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Algérie, la Russie et l’Inde.

 

 

Lire l’article de CFnews

Nos autres articles