01 84 16 14 51 contact@alandia.fr

Le Bref Eco a publié un article sur le retournement de la société Carbone Savoie le 18 juillet 2018.

 

C’est un vrai retournement. Moribond en 2016 lorsqu’il était dans le giron de Rio Tinto, le leader français du carbone synthétique, Carbone Savoie, affiche aujourd’hui un bulletin de santé bien meilleur. Et de bonnes perspectives de croissance et de rentabilité depuis sa reprise par le fonds d’investissement Alandia et sa mue en une « PME 100 % française » selon l’expression de son président, Sébastien Gauthier.

 

Relance par l’investissement

 

Les clés de cette confiance retrouvée ? Une nouvelle gouvernance doublée d’une relance industrielle. Carbone Savoie a renoué avec une direction impliquée dans un plan de redressement qui engage autant les actionnaires que les salariés. Le retour de la compétitivité a été impulsé par l’injection d’investissements dans les usines de Notre-Dame-de-Briançon (Savoie) et de Vénissieux (Rhône). Sur les 26 millions d’euros programmés entre 2016 et 2019, quinze ont déjà été réalisés dans l’automatisation des procédés et l’accroissement des capacités de production. Neuf autres millions sont engagés cette année dans la modernisation de la ligne de graphite. La production a augmenté de plus de 50 % en deux ans, à un prix de revient de 15 % inférieur. Carbone Savoie profite de l’accroissement de la demande mondiale de graphite synthétique qui entre dans la composition de nombreux produits pour l’industrie, notamment dans les véhicules électriques : une Tesla utilise 70 kg de graphite dont 20 % de graphite synthétique.

 

Les salariés en confiance

 

Autre levier de cette réussite : les salariés, associés à la reprise de la société dont le capital a été ouvert (à 5 %) par le biais d’un fonds commun de placement. 90 % des 350 d’entre eux ont acheté des actions. Un accord d’intéressement a été signé. Un premier versement de 1 200 euros net a été eff ectué en 2017. Un second de 3 500 euros est prévu cette année. Plus singulier, le conseil de surveillance est ouvert à quatre représentants du personnel. « Dans les PME, nous avons un devoir de dialogue », soutient Sébastien Gauthier.

La détente du climat social se traduit en chiffres. Les ventes auront presque doublé en 2018 par rapport à 2016. Le résultat devrait être positif de 7 millions d’euros
cette année alors que la société affichait des pertes de 29 millions d’euros en 2016. Troisième exportateur de Savoie, Carbone Savoie vend 95 % de sa production à l’étranger (35 pays). Sous ces auspices favorables, la société, qui a transféré son siège social en Tarentaise fin 2017, se projette dans l’avenir, avec une ligne de graphite du futur, en réponse à un appel à projets de la Région. Si elle est retenue, six millions d’euros d’investissement supplémentaires seront engagés.

VINCENT CHARBONNIER

 

L’article original est disponible sur ce lien

Pour mémoire, Carbone Savoie a mis en place un progiciel de gestion français, Copilote.

Nos autres articles